Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une coutume du Moyen-Age conservée jusqu'à la Révolution

par Nadine 22 Juin 2008, 22:00 Coutumes - Folklore - Traditions


Village médiéval, Villecroze, situé à l'ouest de Draguignan entre Tourtour et Salernes est surtout connu pour ses falaises de tuf trouées de grottes. Ces curiosités naturelles valent le détour et une promenade dominicale. village photo
Mais savez-vous que ce pittoresque village a conservé jusqu'à la Révolution une coutume moyenâgeuse : la promenade ? Celle-ci n'avait rien de touristique ; elle permettait plutôt à ses habitants de se racheter une bonne conduite, car à l'époque on ne badinait pas avec la bonne moralité à Villecroze !

Les "mauvaises langues" du village qui, par leurs travers, portaient tort au voisinage étaient ramenées à de meilleurs sentiments après une promenade dans toutes les rues, une ou deux pierres attachées autour du cou... On réservait aux couples adultères une promenade plus humiliante : la femme coupable se voyait condamnée à errer à travers le village, nue sur un âne, la tête tournée vers la queue de l'animal auquel on avait attaché son compagnon, nu également. Les badauds pouvaient châtier le couple à coups de bâton ; on supprima plus tard la correction par trop exagérée.

Comment punissait-on les coupables de menus larcins à Villecroze ? Par une promenade. Les maraudeurs, voleurs de fruits, de quelques volailles ou brassées d'épis de blé étaient condamnés à se promener dans le village avec souvent le port autour du cou d'une pancarte sur laquelle était inscrit l'objet du délit.

Le propriétaire lésé demandait souvent une promenade à ces maraudeurs plutôt qu'un dédommagement. Ce châtiment devait avoir des vertus curatives...

Le conseil municipal de Villecroze délibéra même sur le sort à infliger à une voleuse de poule. Elle fut condamnée à faire "le tour du village, par tous les lieux et carrefours avec la poule pendue au col, escortée par la garde nationale". Après quoi, le volatile fut vendu au profit de son propriétaire.

  Non vraiment, autrefois on ne badinait pas avec les bonnes moeurs à Villecroze...


Source : Almanach pittoresque et pratique du Var 1992 - Maryse Pèbre et Monique Rieupouilh - Ed. Var Matin.

Haut de page