Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nom de code Dragoon

par Nadine 14 Août 2008, 22:00 Histoire - Petites histoires de la Provence

 


Le 15 août 1944, l'opération qui portait comme nom de code Dragoon fut le débarquement en Provence des troupes alliées entre un secteur allant de Toulon et Cannes.
À l'origine appelée Anvil, le nom de cette opération fut changé en Dragoon par Winston Churchill car il était contre ce débarquement qu’il assimilait à des dragonnades. En fait, il aurait préféré tenter une percée des troupes déployées sur le front italien vers les Balkans afin de prendre en tenaille l'armée allemande en Europe centrale et pouvoir ainsi arriver à Berlin avant les Soviétiques. Les objectifs de l'opération Dragoon étaient de libérer les villes de Toulon et de Marseille puis de remonter le Rhône pour effectuer la jonction avec les forces de l'opération Overlord débarquées le 6 juin en Normandie.
L'opération Dragoon incluait un atterrissage de planeurs et un faux débarquement
dans le nord de l'Italie.

La défense allemande composée de la XIXe armée était dégarnie, notamment de la 11e Panzerdivision, suite à l’envoi de renforts vers le front de Normandie.

La veille, Radio Londres diffusa le message pour prévenir la Résistance :
"Le chef est affamé".

Comme lors de l'opération Overlord , le plan de bataille prévoyait une division des troupes en différentes "forces" avec toutes un but précis. L'assaut naval eut lieu sur les côtes varoises entre Toulon et Cannes et plus précisément d'une zone allant de Cavalaire à Saint-Raphaël. Les unités navales étaient composées de 880 navires anglo-américains. Sur ce nombre, 130 furent principalement engagés dont 34 français.


Durant la nuit du 14 août, les commandos français sont débarqués sur les flancs
du futur débarquement :

  • Au nord, Force Rosie, un groupe naval d'assaut français avec à sa tête le capitaine de frégate Seriot débarque à Miramar pour couper la route aux renforts allemands qui venaient de l’ouest.
  • Au sud, Force Romeo, un groupe français de commandos d'Afrique commandé par le lieutenant-colonel Bouvet débarque à Cavalaire pour réduire les défenses allemandes établies au Cap Nègre.

La Force Sitka constituée de la First Special Service Force et commandée par le Colonel Edwin E. Walker se charge la même nuit de détruire les batteries des îles côtières de Port-Cros et du Levant situées dans la rade de Hyères.

Trois divisions américaines ont formé la Force Kodak du Général Lucian Truscott. Les troupes d'assaut du 6° Corps Américain sont elles-mêmes divisées en trois forces :

  • La Force Alpha du général John W. O'Daniel, composée de la 3e Division d'infanterie et du Combat Command 1 de la première division blindée française du général Sudre, débarque du côté gauche, à Cavalaire et Saint-Tropez.
  • La Force Delta du général William W. Eagles, composée de la 45e division d'infanterie, débarque à La Nartelle.
  • La Force Camel du général John E. Dahlquist, composée de la 36e division d'infanterie, débarque du côté droit, à Saint-Raphaël.

 L'objectif était de débarquer et de constituer une ligne de front de 25 km de profondeur, appelé Blue Line, puis, d’avancer vers la vallée du Rhône et de prendre contact avec le deuxième corps français.


L'assaut aérien


L'assaut aérien se composait d'un parachutage d'hommes et de matériel entre Le Muy et La Motte avec 5 000 parachutistes de la 2e Brigade indépendante britannique et des planeurs américains pour les véhicules. Ils étaient parachutés depuis l'Italie. L'objectif était de s’emparer du Muy et des hauteurs de Grimaud afin d’empêcher l’afflux de renforts ennemis depuis l’ouest.

Nota : En renfort aux paras, près de 500 planeurs américains de type Waco, et anglais de type HORSA partiront d’Italie et apporteront toute la journée du 15 août le matériel lourd, les jeeps, et le ravitaillement afin de permettre aux paras de garder le contrôle du Muy, point stratégique pour barrer la route aux troupes ennemies.
Ils prendront ensuite à J+1, et ce avec l’aide de la résistance, le Grand Quartier Général du LXIIème corps de la 19ème armée Allemande à Draguignan.

C'est la Force Rugby du général Robert Tyron Frederick qui en eut la charge. Cette force se composait des compagnies suivantes :

  • 1st Airborne Task Force
  • 517th Airborne Regimental Combat Team : composé du 517th PIR (Parachute Infantry Regiment)
  • 460th PFAB (Parachute Field Artillery Battalion), et du 596th PCEC (Parachute Combat Engineer Company)
  • 509th Parachute Infantry Battalion.
  • 1st Battalion du 551st Parachute Infantry Regiment
  • 550th Glider Infantry Battalion
  • 2nd Independant Airborne Brigade (British Army, du gén. Pritchard).

L'assaut aéronaval


À l'aube du 15 août, les Alliés déploient la Task Force 88 au large de la Provence. Cette force tactique a pour mission d'assurer la couverture aérienne du débarquement dans un premier temps, puis d'aider les troupes débarquées dans leur progression dans un deuxième temps.


Après l'assaut


Le 16 août, à J + 1, débarqua la Force Garbo de la 7e armée US commandée par le général Alexander Patch composée du 6e corps US et de l'armée B commandée par le général Jean de Lattre de Tassigny.

Des divisions françaises accompagnent l'armée B :

  • 2e corps d’armée français (armée B) du général de Larminat
  • 1re DMI du général Brosset
  • 3e DIA du général Monsabert
  • 1re DB du général du Vigier

Les trois quarts de la Force Garbo étaient sous commandement français avec pour moitié de troupes des colonies. L'objectif était de faire une poussée vers Toulon. Une semaine plus tard, l'armée B est complétée par :

  • 9e DIC du général Magnan
  • 2 groupes de Tabors marocains du général Guillaume.

Le bilan de l'opération Dragoon


Au total, plus de 94 000 soldats et 11 000 véhicules ont été débarqués le premier jour. La nouvelle du succès rapide de cette invasion, avec une avancée profonde en vingt-quatre heures, a déclenché un soulèvement important de résistance dans Paris.

En deux semaines la Provence aura été libérée. Grenoble est libérée le 22 août (soit 83 jours avant la date prévue), Toulon le 23 août, Montélimar le 28 août et Marseille le 29 août. Les forces alliées, remontant la vallée du Rhône, rejoindront le 12 septembre, à Montbard, au cœur de la Bourgogne celles du front de l'ouest.



La 3e division d'infanterie américaine débarque à Cavalaire le 15 août 1944



Les cérémonies du débarquement


Les cérémonies du 60e anniversaire du débarquement le 15 août 2004 eurent lieu successivement au Muy, au cimetière militaire américain de Draguignan, à Saint-Raphaël, à Cavalaire-sur-Mer et dans la rade de Toulon à bord du porte-avions Charles de Gaulle. Le président Jacques Chirac, en présence de seize chefs d'État et de gouvernement africains, a rendu hommage au « sacrifice immense » des « forces de la liberté » qui ont participé il y a soixante ans au débarquement de Provence. Quelque 200 000 personnes ont assisté des côtes toulonnaises à cette cérémonie, selon la préfecture du Var. Le président de la République a remis des décorations à vingt-et-un vétérans, essentiellement africains, et la croix de la Légion d'honneur « à la ville d'Alger en tant que capitale de la France combattante », pour son rôle d'hôte du Comité français de la Libération nationale.


Monument en mémoire du débarquement allié à Saint-Tropez

Source : D'après Wikipédia - l'encyclopédie libre.

OUVERTURE DU MUSEE

du 1er Avril au 30 Juin
le dimanche de 10h00 à 12h00

Juillet et Août
ouvert tous les jours sauf le lundi

Toute l'année
sur rendez-vous à l'Office du Tourisme au  04.94.45.12.79


Si vous passez par Le Muy, n'oubliez surtout pas d'aller faire un tour au Musée de la Libération. Il est l'oeuvre de deux jeunes gens passionnés qui recherchent et accumulent depuis trente ans, (ils ont commencé alors qu'ils étaient adolescents) objets, matériels et documents sur cette partie de notre Histoire. Il s'agit d'Eric Renoux et de Jean-Michel Soldi, je tiens à les féliciter pour cette très belle initiative. Grâce à eux, j'ai pu assister aux cérémonies du débarquement en août 2004 au Muy et le 15 août 2007 à la projection d'un film de 45 mn sur le débarquement et la libération du Muy. Dans ce film, est incluse une photo d'école de 1937 où figure mon papa (il était né en 1934).

Maman et moi étions très émues.

Beaucoup d'émotion émanait de ce film que les différents extraits musicaux mettaient en valeur.

 
Plaque commémorative apposée sur la façade de la mairie de Trans en Provence
(Photo Nadine)

 


Le débarquement de Provence

Haut de page