Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lily Pons, cantatrice dracénoise

par Nadine 21 Janvier 2009, 23:00 Personnages



A Draguignan, une salle du Théâtre municipal porte son nom. Mais qui était Lily Pons ?



Alice-Joséphine Pons, dite Lily Pons, naît à Draguignan le 12 avril 1898 dans une maison de la Grand Rue et décède à Dallas (Texas) le 13 février 1976. Son père, Léonard Pons, était imprimeur et sa mère, née Marie Naso, d'origine italienne, était couturière. En 1904, la famille Pons vint s'établir à Cannes, où Lily passa son enfance avant de venir à Paris pour suivre les cours du Conservatoire dans la classe de piano où elle obtint un premier prix à 15 ans. C'est en jouant en 1920 dans la revue des Variétés aux côtés de Max Dearly qu'elle fit ses premiers pas sur scène. À cette époque, elle décida de travailler le chant et suivit des cours avec Alberto Di Gorostiaga. Ses débuts dans la carrière lyrique eurent lieu en 1928, dans Lakmé, à Mulhouse sous la direction de Reynaldo Hahn. Elle portait une robe d'une audace inouïe qui lui dévoilait hardiment le nombril.



Pendant trois ans, elle se fit applaudir dans les provinces françaises, se produisant notamment à Montpellier, à Cannes, à Toulouse, à Bordeaux. Le grand ténor italien Giovanni Zenatello et sa femme, la cantatrice Maria Gay, après l'avoir entendue, lui conseillèrent de tenter sa chance en Amérique et la recommandèrent au directeur du Metropolitan Opera de New York, Giulio Gatti-Casazza. Engagée par ce théâtre, Lily Pons y fit des débuts fracassants dans le rôle-titre de Lucia di Lammermoor de Donizetti, le 3 janvier 1931, avec de prestigieux partenaires : Beniamino Gigli, Giuseppe De Luca et Ezio Pinza.(...)

La cantatrice devint une idole aux Etats-Unis. Durant la guerre, elle sillonna le monde pour aller chanter pour les soldats américains et alliés, aux Indes, en Chine et en Birmanie. Elle poursuivit sa carrière pendant 28 ans au Metropolitan Opera de New-York. Elle épousa en 1938 le chef d'orchestre André Kostelanetz avec qui elle organisa des tournées de concert populaire. Dans ses "entretiens avec André Parinaud" en juin 1963, Marlène Dietrich affirma que Lily Pons était la seule actrice avec elle au front pour soutenir les troupes américaines en France pendant l’hiver 1944.

Elle mit un terme à sa carrière en 1959 et divorça d'André Kostelanetz la même année. Elle se retira à Dallas où elle mourut d'un cancer.


Elle fut enterrée au cimetière de Cannes, "la ville de son coeur", selon sa volonté. Lorsqu'elle y résidait, elle habitait la villa Fiorentina.

Hollywood lui a fait tourner quelques films, assez médiocres (That Girl from Paris). Dans "La femme en cage" (1937) de Raoul Walsh, elle incarne une jeune chanteuse de cabaret qui rêve de devenir grande chanteuse d'opéra.

Lily Pons avait un aigu cristallin et incisif, particulièrement remarqué dans l'air des clochettes de Lakmé qui sera son rôle fétiche avec Lucia de Lammermoor.

Lily Pons a reçu une étoile sur le Hollywood Walk of Fame (célèbre pour toutes les strars qui y ont leur nom) ainsi que les insignes de chevalier de la Légion d'Honneur.

Une petite ville des Etats-Unis a même adopté son nom.

 

 

Haut de page