Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Décrottoirs et butto-rodo ont disparu de nos villages...

par Nadine 11 Mars 2010, 23:00 Architecture - Patrimoine


Dans toutes nos villes et nos villages, il y a une chose que je constate et que je déplore : la disparition progressive de certains éléments de notre patrimoine. 
Avez-vous remarqué qu'au lieu de conserver et d'entretenir, on met à bas sans état d'âme ce que nos anciens ont eu parfois tant de mal à mettre en place ?
Nos décrottoirs et de nos butto-rodo (littéralement butte-roues) en font partie.
A Trans en Provence, en passant dans les rues, on ne voit plus de décrottoirs
. Quant aux butto-rodo, il en reste mais plus autant qu'avant. Les gens font rénover les maisons et ainsi disparaissent ces témoignages de notre passé...


Décrottoir à Trans en Provence (Photo Nadine)

Dans le temps, les rues n'étaient pas goudronnées comme de nos jours. Quand il pleuvait, pour éviter de rentrer de la boue à l'intérieur des maisons, un décrottoir trônait devant ou à côté de chaque porte. Ce décrottoir permettait tout simplement de racler le dessous des chaussures pour éviter de tout salir. C'était une lame de métal soit figée sur l'escalier ou le trottoir quand il y en avait un, soit scellée dans le mur. Ceci était valable pour la porte d'entrée, la remise, la cave si celle-ci était accessible par l'extérieur. Devant les maisons bourgeoises, il y en avait de beaux, tout ouvragés... On les a supprimé car cela empêchait les gens de circuler sur le trottoir, mais ils étaient bien utiles pourtant.



Pierre à un angle de rue à Trans en Provence (Photo Nadine)

Les butto-rodo n'ont pas résisté non plus à l'évolution, au modernisme... A quoi servaient-elles ? Tout simplement à préserver les angles des bâtiments du passage des charrettes. En effet, dans les rues à angle droit, étroites ou pour toutes les entrées de portes cochères, les moyeux des roues des charrettes, étaient saillants et ils abîmaient les angles des murs, enlevaient le crépi ou raclaient la pierre. Pour éviter ces désagréments, il suffisait de sceller au sol et d'appuyer contre le mur, une pierre assez large et assez haute pour obliger les roues à s'écarter du mur.


Pierres encadrant une entrée de remise (Photo Nadine)

Haut de page