Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les almanachs du Nouvel An

par Nadine 3 Janvier 2010, 23:00 Histoire générale



Longtemps fête des enfants plus que des adultes, le premier de l'An a cédé le pas à Noël pour les plus jeunes, même si la nouvelle année peut encore leur apporter quelques étrennes sonnantes et trébuchantes.
Il y a cent ans déjà, l'almanach, roi du Nouvel An, était religieusement lu, jour après jour, par les grand-mères et souvent feuilleté par toute la famille. Des almanachs, il y en avait pour tous les goûts. Celui de Mathieu de la Drôme, était particulièrement apprécié par les agriculteurs et les marins auxquels il annonçait en toute certitude, le temps qu'il allait faire durant l'année à venir. Ceux du parfait vigneron, du cultivateur, du jardinier, bonheur de nombreux citadins qui, n'ayant pas encore renoncé à leurs attaches rurales, entretenaient leur bout de terrain dans les "campagnes" de la périphérie des villes.


Il y avait celui pour la ménagère, comme celui de Donat Boeuf, pour les jeunes filles, les amateurs de savoir encyclopédique ; des religieux aussi comme l'Almanach des saints de Provence, des historiques, des patriotiques (surtout depuis la défaite de 1871) et quantité d'almanachs humoristiques, dont le fameux Almanach Vermot qui existe toujours, paru dès 1889 et enfin l'Almanach Hachette, né en 1893, avec ses primes à l'acheteur...


Beaucoup cherchaient à répondre, et depuis longtemps, à des besoins régionalistes, tel un Almanach de Provence, édité à Aix dès 1770 et suivi par quantité d'autres aux applications voisines : Almanach populaire du Midi, des Alpes et du Midi, des Provençales, le Grand Almanach franco-provençal du Vaucluse, l'Almanach de Toulon, L'Almanach marseillais indispensable... Il y avait aussi les célèbres Armana provençaux (1855) et Armana marsihès (1889) en lengo nostro (dans notre langue).
Sans compter les almanachs illustrés, édités sous le patronage des périodiques locaux : L'Egalité, Le Petit Marseillais, Le Petit Provençal, Marseille-matin, Le Bavard, etc... avec toutefois plus de rubriques "très parisiennes" ou généralistes que provençales.

Source : D'après un article paru dans  L'Almanch de la Provence - Pierre Echinard - Pays et terres de France - Editions Larousse.

Haut de page