Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le costume provençal masculin

par Nadine 15 Janvier 2009, 23:00 Costume provençal



Le costume masculin provençal, tout comme le féminin, est lié au lieu, à la condition sociale, au métier. Bergers avec la lourde pèlerine (roupo) et le bonnet brun, pêcheurs au bonnet rouge pendant sur l'arrière, en caban et bottes de cuir montées sur des sabots de bois, paysans au large chapeau retroussé en pointe sur l'avant ou au chapeau de paille aux larges ailes, alors que le bourgeois arbore le calitre (qui est en forme de décalitre) ou le mié-calitre.


Homme portant la taiolle

Beaucoup portent la taiolle, une large et longue ceinture de tissu tournant plusieurs fois autour de la taille, de gros souliers ferrés et des guêtres de peau, sans bas, attachées sous le genou par une jarretière de couleur rouge ou verte.
Au XVIIIe siècle, l'habit ordinaire du bourgeois des villes et celui du dimanche pour le paysan est le vêtement "à la française", c'est-à-dire la culotte descendant jusqu'aux genoux avec des guêtres de peau ou de longs bas de laine, un gilet ajusté descendant jusqu'à la ceinture et par-dessus un habit de drap grossier, large et légèrement pincé à la taille, prolongé par deux basques plus ou moins longues. Les manches se terminent par de grands parements garnis de boutons. Dans les campagnes, par commodité, la culotte, plus facile à porter pendant le travail, va longtemps résister au pantalon. Elle est accompagnée l'été d'une simple chemise au col rabattu. A la ville, la blouse, venue de la campagne, est devenue fréquente chez l'artisan et l'ouvrier après 1830. Elle reste encore à la fin du XIXe siècle, le vêtement du roulier, du maquignon, du berger, et, plus généralement, le cache-poussière qu'on revêt pour les déplacements. Quelques accessoires comme le couteau recourbé à la ceinture, la bourse de peau pour le tabac, la pipe (cachimbaou) et la pierre à feu (peyrar) accompagnent la tenue ordinaire du paysan, du pêcheur comme aussi de l'artisan.
Les santons et les pastorales ont largement contribué à fixer dans l'imagerie populaire les costumes de la Révolution à la monarchie de Juillet, repris par les différents groupes folkloriques de Provence.

Source : D'après l'Almanach de la Provence - Pays et terres de France - Editions Larousse.


Bourgeois d'Arles portant le tricorne - fin du XVIIIe siècle

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page