Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le commerce des draps à Brignoles au début du XIVe siècle

par Nadine 6 Mars 2011, 23:00 Métiers - Activités diverses


Brignoles.jpg

 

  La cité de Brignoles, au début du XIVe siècle, était traversée par une grande voie commerciale qui reliait Avignon à Nice en passant par Aix, Saint-Maximin  pour se poursuivre ensuite par Draguignan et Grasse.
A cette époque, elle était ceinte de hauts remparts. Au point le plus haut, s'élevaient le château et une tour qui dominaient l'agglomération. Depuis le milieu du XIIIe siècle, les comtes de Provencehabitaient le château. Des tableaux de fouage ou affouagement (voir l'explication à la suite du texte) du début du XIVe siècle recensent 802 puis 948 feux, soit environ 4000 habitants.
Les dernières années du XIIIe siècle voient apparaître un mouvement de marasme et de stagnation économique dans l'Europe entière. Ces évènements s'accélèrent à partir de 1348 à cause, en particulier, de la peste noire qui apparaît à Marseille à cette date, de la guerre et des ravages causés par les bandes armées de Raymond de Turenne (Raymond-Louis Roger, vicomte de Turenne, dit Raymond de Turenne 1352-1413). Par contre, il faut préciser que la présence des papes qui avaient établi leur résidence en Avignon était un facteur positif pour le commerce.
A Brignoles, l'industrie locale était celle des tanneries, des fabriques de draps ainsi que celle des paroirs à draps appelés également moulins à foulon. Les laines après avoir été tissées étaient travaillées dans ces parroirs (voir l'explication sur le foulonnage à la suite du texte).


Dans les transactions commmerciales, le commerce des draps représentait jusqu'à 75% des ventes. Les céréales 19%, le bétail 5% et le vin 1% seulement. Les marchands de draps étaient qualifiés de marchands drapiers. La monnaie en circulation à l'époque était le florin d'or qui était émise à Florence depuis 1252. Le commerce du drap était très florissant au Moyen Age et Brignoles en était une place de moyennne importance. Les draps pouvaient avoir pour origine le Languedoc, la France (Nota de Nadine : il ne faut pas oublier que la Provence était à l'époque un comté et qu'elle ne sera rattachée à la France qu'en 1481) et aussi les Pays-Bas. Les draps de Bruges et de Gand avaient une grande renommée sur le marché de Brignoles. Ceux qui venaient de France : de Normandie, de la région parisienne et de la Champagne étaient aussi de très bonne qualité et se vendaient aussi chers que ceux des Flandres. Les draps du Languedoc offraient l'intérêt d'une fabrication soignée pour un prix modéré. En Haute-Provence, l'élevage fournissait de la laine pour une grande variété de tissus et notamment des étoffes grossières vendues à des prix plus modestes.
Les riches bourgeois et la noblesse de la région recherchaient dans les boutiques les lourdes et belles draperies des Pays-bas ou de Normandie. Les draps plus courants étaient achetés par les artisans et les paysans de Brignoles et des alentours. Un tiers des ventes était le fait des Brignolais et des deux autres tiers étaient vendus aux habitants des cités environnantes, mais également de Saint-Maximin, Hyères, Grasse ou Gréolières. On peut dire que l'influence commerciale prépondérante se situait dans un rayon de 30 km autour de la cité comtale de Brignoles. Son activité économique était comparable à celle de la cité de Grasse, de Forcalquier ou de Riez.
Les marchands représentaient une part importante de la bourgeoisie et occupaient des fonctions municipales au sein de la communauté.
Nous sommes en 1348, la peste noire (voir l'explication sur le peste de 1348 à la suite du texte) qui arrive à Brignoles marque la fin de la prospérité commerciale et le début d'une période de grand désespoir et de grande misère.

Sources : D'après un article paru dans le livre Itinéraires-découvertes - le Var - d'Alain Raynaud. Ecrit lui-même d'après un article d'Odile Masson-Bessière - Le commerce et la société à Brignoles au milieu du XIVe siècle - Paru dans Provence historique Tome XIV - 1964. Texte arrangé et augmenté par moi-même.


Explications supplémentaires
:

 

Les tableaux de fouage étaient les tableaux d'imposition répartis par feu ou foyer. Un feu peut se traduire par famille ou foyer fiscal. Dénombrer le nombre des feux dans une cité, c'est procéder à son affouagement. Il est généralement admis qu'un feu représente 5 personnes environ. Cependant, pour affiner l'importance de la population, il faut aussi tenir compte du fait que les nobles et les religieux ne sont pas pris en compte dans cet affouage puisqu'ils ne payent pas d'impôts.

Le foulonnage consistait à dégraisser et assouplir les draps de laine dans l'eau. Pour cela, ils étaient placés dans une cuve remplie d'eau et de terre glaise, puis frappés successivement par trois paires de pilons mus par la force hydraulique. Cette opération, en feutrant les fils de laine, apportait aux draps une douceur particulière.

Pour en savoir plus sur Raymond de Turenne :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_de_turenne

La peste noire de 1348 est une pandémie de peste bubonique qui a décimé la population européenne entre 1347 et 1350. Ce n'est ni la première ni la dernière épidémie de ce type, mais c'est la seule à porter ce nom. Par contre, c'est la première épidémie de l'histoire à être bien décrite par les chroniqueurs contemporains.

On estime que la peste noire a provoqué la mort de la moitié de la population européenne en cinq ans, soit environ 25 millions de victimes, et probablement le même nombre en Asie, soit globalement environ 50 millions de personnes. La peste noire eut des conséquences durables sur la civilisation européenne, d'autant qu'après cette première vague, la maladie refit ensuite régulièrement son apparition dans les différents pays touchés (par exemple entre 1353 et 1355 en France, entre 1360 et 1369 en Angleterre, etc...).
Pour en savoir plus
  http://fr.wikipedia.org/wiki/Peste_noire

 

 

 

Haut de page