Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Cannet des Maures et le Vieux Cannet

par Nadine 2 Mars 2009, 23:00 Lieux - Villages - Villes




Porte d'enceinte au Vieux-Cannet (Photo Nadine)

Le Cannet-des-Maures est un des plus anciens villages de Provence. Il
a été occupé dès la préhistoire. La présence de populations de l'âge du fer sur des sites défensifs est attestée par des restes d'enceintes protohistoriques retrouvés aux quartiers de Recoux et de Méren.

Par la suite, les Romains ont également investi l'agglomération. En 43 avant J-C, le général Plancus écrivait à Cicéron que Lépide stationnait avec ses troupes près d'une agglomération romaine du nom de Forum Voconii (lire l'article du journal Var-Matin qui parle des fouilles de ce site ICI) dans la plaine des Maures. Il s'agissait avant tout d'un marché, situé au carrefour des routes qui reliaient Aix-en-Provence, Toulon, Fréjus et Riez. Son importance a sans doute contribué à développer la ville autour de celui-ci. La durée de l'occupation s'étend du milieu du Ier siècle avant J-C jusqu'au IIIe siècle après J-C.

Après l'abandon de Forum Voconii, les habitants s'établirent sur une hauteur où il fondèrent le "Castrum de Caneto", camp retranché qui avait pour intérêt d'assurer leur sécurité. Au IXe siècle, les Sarrazins ont occupé et pillé la région. En 1442, le Castrum de Caneto est érigé en commune.



Ancienne porte au Vieux-Cannet (Photo Nadine)

Durant tout le Moyen Age, plusieurs co-seigneurs se partagèrent ainsi la possession du Cannet. C'est au
XVIIIe siècle que l'illustre famille de Rascas devient l'unique propriétaire de la cité.

En 1754, Françoise Elisabeth Maxime de Racas épouse Michel Colbert-Turgis. Les Colbert deviendront ainsi les derniers seigneurs du Cannet.

Le village, à vocation essentiellement agricole, a souffert de sa situation géographique, sur une colline sans eau, mais aussi de sa proximité avec la grande route d'Italie à cause des risques d'invasions et de pillages. La Révolution française passa sans éprouver le Cannet des Maures qui s'appelait alors le Cannet du Luc.

Au XIXe siècle, l'activité artisanale était assez présente avec de petites industries florissantes : verrerie, scieries, moulins, fabrique de plâtre, de chaux et de bouchons. Une importante mine de bauxite située au quartier de Recoux employait une grande partie de la population.



Vieux pressoir (Photo Nadine)

Depuis le
XVIIe siècle, les Cannétois élevaient des vers à soie pour améliorer le maigre budget familial, transformant souvent une pièce de leur maison en magnanerie. Au début du XXe siècle, les établissements Querici qui étaient renommés dans le domaine de la sériciculture s'établirent au Cannet des Maures apportant une activité non négligeable jusqu'en 1939 où elle avait pratiquement disparu.

L'empereur Napoléon 1er traversa le Cannet du Luc pour se rendre à l'île d'Elbe.

Plus tard, Napoléon III s'intéressa à la localité. En 1864, il offrit un crédit pour que le village soit reconstruit dans la plaine à condition que la commune prenne le nom de Cannet-Napoléon. Cette idée fut abandonnée par la suite.

L'année 1862 vit la création d'une gare ferroviaire dans la plaine. Un nouveau quartier se crée tout autour alors que le vieux village est peu à peu délaissé notamment à cause de sa difficulté d'accès.



L'église St Michel au Vieux-Cannet (Photo Nadine)

Il faut préciser que la particularité de la commune tient à son dédoublement sur deux sites. Elle regroupe en effet deux villages : le Vieux Cannet, village médiéval classé perché sur une butte à 127 mètres d’altitude d'où l'on a une vue panoramique sur la plaine et le massif des Maures et le Cannet des Maures, quartier développé dans la plaine après l’installation de la gare de Chemin de Fer.

Le développement des activités au quartier de la gare, l’afflux des nouvelles populations ainsi que les difficultés de vivre au Vieux Cannet ont participé à la décision de transférer le chef-lieu de la butte vers la plaine.

Ce projet, étudié dès 1864, a alimenté de nombreuses polémiques. L’arrêté ministériel daté du 8 août 1903 qui entérine la décision officielle de transfert de chef-lieu ne met pas fin à cette polémique. Cette décision a finalement profité à la commune. Elle a permis d’une part le développement de la commune dans la plaine et a d'autre part, facilité son raccordement aux moyens de communications. Cela a permis également la préservation du site historique du Vieux Cannet.



Une rue caladée au Vieux-Cannet (Photo Nadine)

Je ne peux pas terminer sans ajouter le rôle joué par l'armée sur cette commune. En effet, en 1957 naissait l'école de spécialisation de l'
ALAT (ES.ALAT) à Dax, et l'école d'application de l'ALAT (EA.ALAT) à Sidi Bel Abbes en Algérie. La formation était alors regroupée dans ces deux sites uniques, mais en 1963, à l'issue du conflit algérien, l'EA.ALAT s'installait au Cannet des Maures. L'instruction s'organisait de la façon suivante : la formation initiale de base se faisait à l'ES.ALAT à Dax, et la formation au combat à l'EA.ALAT au Cannet des Maures.

En 1995, après une phase d'expérimentation d'un an, les deux écoles (ES.ALAT et EA.ALAT) ont fusionné en une seule école d'Application, l'EA.ALAT. La base école Général Navelet située à Dax et la base école Général Lejay située au Cannet des Maures sont alors placées sous un commandement unique. A préciser que la ville accueille depuis 2003 l’École franco-allemande de formation des équipages Tigre.


Un détail de la table d'orientation (Photo Nadine)

Que peut-on voir au Vieux Cannet ?

Je vous avoue que j'ai été agréablement surprise par ce village où je n'étais jamais allée auparavant. C'est très joli et pittoresque. Une table d'orientation permet de repérer les principaux points de vue, le regard porte jusqu'aux montagnes du haut-Var et aux Alpes. On y découvre les portes de l'enceinte, la place ombragée avec son puits, le moulin à huile banal et les ruines du château. A droite de l'église consacrée à St Michel, une ruelle descend pour vous amener jusqu'à une placette puis, ensuite à gauche, à l'intérieur d'un jardin luxuriant pour ressortir de l'autre côté et remonter vers la place. Dans le cimetière, qui se trouve près du parking en dehors de l'enceinte du village, est édifiée une chapelle avec une abside en cul de four.


La place avec sa citerne qui se remplit grâce à la toiture de l'église.
C'est ce que Jullia dont vous avez l'adresse en bas du blog, m'apprend
(Photo Nadine)

L'église St Michel fut édifiée au XIème siècle. Hélas, elle était fermée et nous n'avons donc pas pu la visiter. Elle représente le dernier vestige de l'ancien Castrum de Caneto. On y trouve une belle statue en bois de la Vierge qui date du XVIème siècle et une pierre sculptée des templiers (une croix pattée entourée de deux têtes est située au dessus de la porte sur la façade). On remarquera le clocher rehaussé d'un campanile en fer forgé du XVIIIème siècle du plus bel effet.

Source : D'après Wikipédia -l'encyclopédie libre et le site internet Provenceweb -
Texte arrangé par moi-même.

Ne partez pas sans avoir fait un détour par le blog de Jullia qui habite au Vieux Cannet et qui fait de belles photos. Pour la visite, c'est par ICI


Haut de page