Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La boule cloutée d'Aiguines

par Nadine de Trans en Provence 22 Février 2009, 23:00 Meubles - Objets



Carte des Gorges du Verdon


Aiguines - Vue générale (Photo Nadine)

Connaissez-vous le village d'Aiguines ? C'est un des joyaux du Haut Var, posé au-dessus du lac de Sainte Croix, à l'entrée des gorges du Verdon. C'est un petit village traditionnel, qui s'enorgueillit de son château aux toits de tuiles vernissées, de ses maisons provençales, et de ses places animées. Bâti à 820 mètres d'altitude, il ouvre l'unique route qui longe la rive gauche des gorges du Verdon.
Je précise qu'Aiguines était la deuxième plus vaste commune de France avant de perdre successivement 7 500 ha cédés au camp militaire de Canjuers (j'en parle dans mon article : Brovès, le village sacrifié ICI) et 150 ha qui ont été engloutis dans le lac de Sainte-Croix par la construction d'un barrage EDF. Allez sur le lien et vous apprendrez beaucoup de choses sur les Salles et le construction du barrage.
http://www.lessallessurverdon.com/
Ce lac a une superficie de 2 200 ha et s'étend sur 10 km de long pour une largeur de 3 km. Sa mise en eau en 1974 a noyé le village des Salles, en contrebas d'Aiguines. Il a été reconstruit au-dessus des rives du lac (aujourd'hui les Salles sur Verdon), tandis que les villages voisins de Bauduen et de Sainte-Croix, anciennement perchés, se sont retouvés tout à coup au bord de l'eau. De villages ruraux, ils sont devenus des stations balnéaires ! Aiguines est situé également au début du plus grand et du plus célèbre canyon d'Europe : les gorges du Verdon.
Les Gorges du Verdon constituent sur une bonne distance, la frontière entre les départements du Var au sud et les Alpes-de-Haute-Provence au Nord. Ces Gorges sont étroites et profondes : de 250 à 700 m de profondeur, pour 6 à 100 m de largeur au niveau de la rivière du Verdon, et 200 à 1500 m d’un versant à l’autre au sommet des gorges.



Bauduen les pieds dans l'eau (Photo Nadine)

Dès le XVIe siècle, Aiguines a developpé une activité qui était celle de la boule cloutée. Il y avait de nombreux tourneurs sur bois qui fabriquaient des objets usuels, des outils, des articles de ménage et des boules de bois cloutées.
Pour la fabrication de ces boules, les tourneurs avaient besoin de la racine du buis, qu'ils trouvaient dans les collines. La végétation est moins dense que dans la forêt, le buis poussait plus facilement et l'ensoleillement était bien plus important. Sur ces collines il poussait sous forme de buisson, qui produisait des racines très dures.
Les tourneurs cherchaient des buissons appropriés, puis avec un couteau de poche ils coupaient les branches. Ensuite, ils déterraient les racines avec une pioche appelée 
"la pitche". Les racines étaient nettoyées directement sur place pour réduire la charge du transport jusqu'au village. Les tourneurs dans leur atelier dégrossissaient les racines avec la scie à ruban, on reconnaissait déjà la forme de la boule. Puis sur un tour à bois, ils lui donnaient la forme définitive de la boule qui était cloutée ensuite. Le travail de cloutage ou de ferrage était réservé aux femmes.

Pour le cloutage, il fallait un marteau et un billot de bois (lou cepoun en provençal). Au centre du cepoun une bague en métal maintenait la boule pendant l'usinage. Il existait deux différentes manières de cloutage : le cloutage en écailles et le cloutage juxtaposé.


Le cloutage en écailles


On utilisait uniquement des clous à tête ronde et plate en acier, en laiton ou en cuivre. Le cloutage suivait une ligne en spirale. Le deuxième clou enfoncé dans la boule en bois recouvrait de moitié le premier clou et la rangée suivante. Le dernier clou enfoncé se retrouvait en face du premier clou. Il fallait avoir l'oeil et le tour de main pour cette réalisation minutieuse. Par le cloutage en écaille, la surface était parfaitement lisse et cachait entièrement le bois de la boule d'origine. Cette facon de clouter servait surtout pour les boules de petit diamètre (de 70 à 90 mm) avec lesquelles on jouait à la pétanque et au jeu provencal. On ne pouvait réaliser que des dessins simples comme des lettres, des initiales ou des symbole sur les boules.


Le cloutage juxtaposé

       
Il était surtout utilisé pour les boules de gros diamètre (de 90 à 110 mm). Sur la boule brute, on appliquait un modèle et pour le cloutage on suivait la ligne de ce dessin. Il y avait des clous à tête carrée, ronde et plate, ronde et cylindrique ou à six pans. Ces clous étaient soit en cuivre, en laiton ou en acier. Le cloutage d'une boule comportait des clous ayant tous la même forme de tête. Par les différentes matières, il était possible de faire des dessins fantastiques. A Aiguines on arrêta la fabrication des boules en bois en 1933.

Un musée des Tourneurs sur bois est installé à Aiguines. Il présente des collections de tours à bois, d'outils, d'objets tournés et de boules cloutées.
Si vous passez dans le coin, allez le visiter.

Le château d'Aiguines (Photo Nadine)


Haut de page