Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boutis de Provence

par Nadine de Trans en Provence 11 Octobre 2009, 22:00 Costume provençal



Si la Provence évoque les champs d'oliviers, de lavande et de tournesols, elle est aussi le pays des boutis, ces magnifiques travaux d'aiguille dont la tradition se perpétue depuis le Moyen Age. Au fil des siècles, les femmes ont porté à la perfection cet art du décor en relief, brodant les courtepointes, les jupons et le linge de maison de savants motifs de guirlandes, de pampres, de ramagés et de fleurs, inspirés des couleurs et des paysages de la région. Tout a commencé avec le matelassage, technique connue dès l'antiquité sur tous les continents mais l'ancêtre du boutis proprement dit serait arrivé en France par la Méditerranée en provenance de la Sicile.


Avec l'ouverture des voies maritimes vers l'Inde, l'Europe découvre d'innombrables richesses. Louis XIV grâce à Colbert crée la Compagnie des Indes puis la Compagnie du Levant. On voit arriver en France de plus en plus d'étoffes aux dessins magnifiques. La région de Marseille dont le port reçoit ces étoffes sublimes va se lancer dans l'impression de toiles indiennes brutes. Ces toiles imprimées en France auront un succès immédiat. Les femmes seront séduites par les prix peu élevés, la facilité d'entretien et les couleurs. Mais devant le succès de ces étoffes les marchands drapiers et les soyeux font pression sur le Roi qui réglementera la fabrication et l'usage de ces toiles imprimées ou peintes. Heureusement le roi maintiendra l'autorisation d'introduire des toiles blanches pour les piquer et cette activité de piquage va sauver les emplois de l'époque. Ainsi vont se développer les techniques typiquement provençales du piqué et des broderies qui utilisent le relief.
Chaque jeune fille avait dans son trousseau des objets en boutis : vannes, jupons, dans les milieux populaires elles cousaient le soir après la journée de travail et chacune en quelque sorte y racontait un peu sa vie, ses souhait grâce à la symbolique des motifs choisis.



Il faut préciser que le boutis est souvent confondu à tort avec le piqué de Marseille qui aujourd'hui est une technique qui a pu être industrialisée contrairement au boutis provençal qui reste un art avec des objets originaux et vraiment personnels.
Dans le commerce on trouve en effet souvent des objets vendus sous le nom de boutis qui sont en réalité du piqué marseillais, c'est ainsi que la signification du mot se perd et peu de personnes savent en définitive ce qu'est réellement le boutis.
Qu'elle est la différence entre le boutis et le piqué marseillais ?
Pour faire du piqué marseillais, il faut une épaisseur de tissu, une épaisseur de molleton et une autre épaisseur de tissu. Ces trois épaisseurs sont cousues ensembles.
Pour faire un boutis, il faut reporter un dessin sur un morceau de tissu, le coudre avec un autre morceau de tissu et ensuite on remplit tous les espaces avec du coton.
C'est cela qui va créer le relief de l'ouvrage.

Frédéric Mistral, grand poète provençal disait du boutis :


D'autres piquant la fine toile,
Font le boutis, ouvrage divin
Qui ressemble à un pré, dont le givre
Broda de blanc les feuilles et les pousses.



L'origine du mot boutis est un sujet de controverse


  • D'après "Lou tresor dóu Felibrige" de Fréderic Mistral, "Boutis" viendrait de l'italien "imbottito" (rembouré, rempli) et remonterait au temps où Marseille était un port franc qui recrutait des brodeuses venant de Sicile.
  • Pour d'autres, le boutis semble tirer son nom de l'ancienne aiguille de buis qui permettait d'accomplir ce travail délicat.
  • D'autres encore voit l'origine de boutis dans le provençal "boutiholo" qui signifie "bulle, vésicule".
  • Quand aux dictionnaires, pour eux le boutis ou bouttis reste surtout un lieu fouillé (bouté) par les sangliers...


    N'oubliez pas d'aller visiter le blog d'Artaban, il a besoin d'être encouragé :
    http://artaban630.over-blog.fr/
    Merci pour lui...

Haut de page