Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jules Muraire dit Raimu

par Nadine de Trans en Provence 27 Septembre 2009, 22:00 Auteurs - Acteurs provençaux



Plaque apposée sur la façade de la maison natale de Raimu à Toulon (Photo internet)

Jules Auguste Muraire dit Raimu est
né à Toulon le 18 décembre 1883 et décédé le 20 septembre 1946 à Neuilly-sur-Seine.
Il débute le 15 juin 1900, âgé de 17 ans, une carrière de comique troupier et s'essaye devant son premier public dans les cafés-concerts de Provence et les guinguettes à matelots de sa région natale sous le nom d'artiste de Rallum mais sans succès. Il fait alors des petits boulots : croupier du Casino d'Aix-les-Bains, puis commerçant.

Il entre en 1908 au théâtre de l'Alhambra de Marseille où il est souffleur, et enchaîne au théâtre de l'Alcazar de Marseille, puis au Palais de Cristal et devient rapidement une vedette régionale sous le nom d'artiste de Raimu avec le répertoire de Polin, par laquelle sont passés d'autres comédiens dont Jean Gabin et Fernandel.


L
e chansonnier Félix Mayol directeur de music-hall et lui aussi d'origine toulonnaise repère Raimu et le fait monter à Paris, il le produit dans son propre théâtre, le Concert Mayol et l'engage dans ses revues. Il se produit à La Cigale, aux Folies Bergères et au Casino de Paris jusqu'en 1914.

En août 1914, il est mobilisé à Orange au sein du 15e ETEM (Train des équipages) et part au front avant d'être réformé en mars 1915. Il joue son premier rôle au théâtre grâce à Sacha Guitry dans sa pièce Faisons un rêve. 

L' arrivée en 1928 du cinéma parlant, fait connaitre Raimu par son jeu, sa personnalité et sa voix méridionale tonitruante si caractéristique. En 1929, il connaît un triomphe au théâtre de Paris avec la pièce "Marius" de Marcel Pagnol avec Orane Demazis. En 1931, il connaît un nouveau triomphe dans l'adaptation de la pièce au cinéma, "Marius" d'Alexandre Korda premier film de la Trilogie marseillaise de Pagnol et un des premiers films à succès parlant du cinéma français. L'année suivante, il reprend le rôle de César dans la suite "Fanny" de Marc Allégret. Il se marie en 1936 avec Esther Metayer, de Narbonne et a une fille, Paulette. Il joue une dernière fois le rôle de César dans le film "César" réalisé par l'auteur Marcel Pagnol.
La
Trilogie Marseillaise devient un classique du cinéma français.

Marcel Pagnol lui offre en 1938 le rôle du boulanger dans "La Femme du boulanger". Il joue ensuite dans "La Fille du puisatier" toujours de Pagnol qu'il tourne pendant l'occupation.



La femme du boulanger - Raimu et Ginette Leclerc (1938)

Le
  13 septembre 1943, il entre comme pensionnaire et sociétaire à la Comédie-Française de Paris, où il joue deux pièces de Molière "Le Bourgeois gentilhomme" et "Le Malade imaginaire".

Il tourne en 1946 pour le cinéma, "Les Gueux au paradis" de René Le Hénaff au côté de Fernandel, et son dernier film "L'Homme au chapeau rond" de Pierre Billon

Il meurt le 20 septembre 1946 à l'âge de 63 ans, d'une crise cardiaque dans son sommeil, provoquée par un dosage d'anesthésiant qu'il ne supporte pas, lors d'une opération chirurgicale bénigne d'une jambe cassée, après un accident de la route. Paris lui organise des funérailles grandioses en l'église Saint-Philippe-du-Roule, devant des milliers de personnes puis il est inhumé au cimetière de Toulon.



Tombe de Raimu au cimetière de Toulon (Photo internet)

Marcel Pagnol déclarera :
"On ne peut pas faire de discours sur la tombe d’un père, d’un frère ou d’un fils. Tu étais pour moi les trois à la fois : je ne parlerai pas sur ta tombe. D’ailleurs je n’ai jamais su parler, et c’était Raimu qui parlait pour moi. Ta grande et pathétique voix s’est tue, et mon chagrin fait mon silence. Devant Delmont, qui pleurait sans le savoir, Jean Gabin a croisé tes mains sur ta poitrine. J’ai pieusement noué le papillon de ta cravate et tous ceux de notre métier sont venus te saluer.
Longuement, nous avons médité devant cette lourde statue de toi-même. Nous avons découvert ce masque si noble que la vie nous avait caché.
Pour la première fois, tu ne riais pas, tu ne criais pas, tu ne haussais pas tes larges épaules. Et pourtant, tu n’avais jamais tenu autant de place, et cette présence de marbre nous écrasait par ton absence. Alors, nous avons su qui tu étais.
Des journalistes, des cinéastes, des comédiens arrivaient par-dessus les frontières. Toi qui n’était que notre ami, nous avons vu tout à coup que ton génie faisait partie du patrimoine de la France, et que des étrangers qui ne t’avaient jamais rencontré vivant, pleuraient de te voir mort. Tu prenais sous nos yeux ta place brusquement agrandie.
Et puis, il est venu des hommes qui ont enfermé dans un coffre énorme tant de rires, tant de colères, tant d’émotion, tant de gloire, tant de génie.
Par bonheur, il nous reste des films qui gardent ton reflet terrestre, le poids de ta démarche et l’orgue de ta voix... Ainsi, tu es mort, mais tu n’as pas disparu. Tu vas jouer ce soir dans trente salles et des foules vont rire et pleurer : tu exerces toujours ton art, tu continues à faire ton métier et je peux mesurer aujourd’hui la reconnaissance que nous devons à la lampe magique qui rallume les génies éteints, qui refait danser les danseuses mortes et qui rend à notre tendresse le sourire des amis perdus".


La partie de cartes à Toulon (Photo internet)

Voir la filmographie de Raimu :
http://www.musee-raimu.com/filmo.htm

Sa petite-fille, Isabelle Nohain Raimu (dont la mère Paulette, fille de Raimu, s'est mariée avec le fils de Jean Nohain célèbre parolier de l'époque) a fondé le Musée Espace Raimu à Cogolin à 10 km de Saint-Tropez où elle accueille de nombreux visiteurs toute l'année.

http://www.musee-raimu.com/

Source : D'après Wikipédia - l'encyclopédie libre.


En savoir plus sur sa généalogie ICI
(cliquez sur ascendance, puis sur préciser la génération).

 

Haut de page