Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La catastrophe à Draguignan : le témoignage de Georges

par Nadine de Trans en Provence 1 Juillet 2010, 22:11 Inondations de 2010

 

Georges, de Draguignan, un ami généalogiste, m'a envoyé son témoignage le 28 juin. Voilà ce qu'il a écrit :

  Petite explication  

  En priorité, une pluie incessante d’une grande intensité sur le Nord du département et le centre Var durant une vingtaine d’heures (l’équivalent de 6 mois de pluie).

En outre, Draguignan est situé dans une cuvette :

- Au Nord, la sortie des gorges de Châteaudouble. Venant de ces gorges, la rivière Nartuby, alimenté quand il pleut, sec à Draguignan le reste du temps ; son parcours passe au pied de la ville en bordure de la zone industrielle. Ce cours s’est trouvé gonflé par les eaux recueillies dans son bassin de réception.

- A l’Ouest et à l’Est des collines (Le Malmont) avec un urbanisme poussé jusque vers les sommets.

Dans un premier temps, des masses énormes d’eau en provenance du Malmont se sont répandues vers le centre ville charriant boues, pierres, arbres... Toutes les caves, les parkings souterrains, les rez-de-chaussée des grands ensembles et des villas ont été inondés. Ces eaux se sont ensuite écoulées par la route de Lorgues et le quartier Saint-Hermentaire en direction de la Nartuby créant son lot de misères.

Quand la Nartuby a débordé, les eaux sont remontées vers la ville et ont rencontré celles en provenance du centre ville. cela a formé d’énormes courants tourbillonnants d’une hauteur de 2 à 3 mètres, pour ensuite se diriger vers la zone industrielle et Trans emportant des voitures et malheureusement quelques personnes.

  Les dégâts

  Les premiers touchés, à la sortie des gorges, le petit hameau de Rebouillon et le quartier de la Clappe. ont payé un lourd tribu, en vie humaine, maisons, ponts, terrains cultivables.

A Draguignan on déplore une douzaine de morts et 4 disparus.

Toutes les grandes surfaces et tous les magasins de la route de Lorgues ont subi de gros dommages. A l’Intermarché, les clients et les employés se sont réfugiés sur la toiture, toute la nuit un hélicoptère a hélitreuillé, une à une, ces personnes.

Image60.jpg

  Le hall de la polyclinique Notre-Dame. On voit bien sur les murs jusqu'où l'eau est montée. Tout ce qui se trouve au rez-de-chaussée est sinistré : administration, salles d'opération, radiologie, dialyse, etc...

 

La polyclinique Notre-Dame a eu tout son rez-de-chaussée détruit, y compris le centre de dialyse. Les malades ont été évacués vers d’autres établissements hospitaliers.

La prison a également été sinistrée, les prisonniers ont été transférés vers d’autres centres de rétention.

La zone industrielle a particulièrement souffert puisque toutes les constructions sont sinistrées, matériels et marchandises irrécupérables pour la plupart

On a dénombré environ, 5 à 600 véhicules noyés ou emportés par les eaux ( Nota de Nadine : je crois que Georges est fort malheureusement loin du compte). Les concessionnaires Ford, Opel à Draguignan et Peugeot à Trans ont perdu toutes leurs voitures (neuves et occasions).

  *************************

 Vidéo ci-dessous, l'eau qui dévale du boulevard de la Liberté. Vidéo suivante les dégât le lendemain, boulevard de la Liberté, rue Jean Aicard, puis dans le centre ville.

 

  Les dégâts route de Lorgues devant la prison  

 Un dracénois témoigne

 

 

Haut de page