Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Honoré Fragonard, peintre grassois

par Nadine de Trans en Provence 12 Mai 2012, 22:00 Personnages

 

Fragonard--Inspiration.jpg

  L'Inspiration, 1769, Musée du Louvre - Autoportrait de Jean-Honoré Fragonard

 

Jean-Honoré Fragonard naît le 4 avril 1732 à Grasse est le fils de François Fragonard, garçon gantier, et de Françoise Petit. Il se retrouve enfant unique après le décès à dix mois de son petit frère Joseph. A l'âge de six ans, il quitte sa ville natale avec sa famille pour s'installer à Paris. C'est d'ailleurs à Paris qu'il fera la plus grande partie de sa carrière artistique. C'est un enfant précoce et après avoir quelque temps travaillé avec Jean Siméon Chardin, il entre, à 14 ans, dans l'atelier de François Boucher. C'est grâce à lui que le jeune Fragonard affirme ses dons. Boucher le présente au prestigieux Grand prix de Peinture de l'Académie royale qu'il remporte en 1752. Une carrière dans la peinture lui semble alors toute tracée. Il entre durant trois ans à l'École royale des élèves protégés, dirigée par le peintre Carle Van Loo. Fragonard part ensuite en 1756 pour l'Académie de France à Rome en compagnie de son ami Hubert Robert. Il y réside jusqu'en avril 1761. Il quitte ensuite Rome, la ville éternelle pour la France durant un long périple au cours duquel il passe notamment par les villes de Florence, Bologne et Venise.

 

Jeroboam.jpg

  Peinture sur toile, Jéroboam sacrifiant aux idoles, conservée à l'Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris

 

Il se distingue d'abord dans le genre sérieux et donne en 1752 son tableau de Jéroboam sacrifiant aux idoles (Paris, École des Beaux-Arts) qui fut justement admiré. C'est ce tableau qui lui fait gagner le Grand prix de l'Académie royale de Peinture à 20 ans. Mais, désespérant d'atteindre le premier rang dans ce genre, il le quitte pour s'essayer à un autre genre : le genre érotique, dans lequel il obtient plus de succès. Il devient bientôt le peintre à la mode, et amasse une grande fortune que la Révolution française lui fait d'ailleurs perdre. En 1769, il se marie avec Marie-Anne Gérard (1745-1823), une peintre en miniature aussi originaire de la ville de Grasse. Cette même année, naît leur première fille : Rosalie (1769-1788).

En 1773, après un voyage en Flandre pendant l'été, le fermier général Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grandcourt lui propose d'être son guide pour un voyage en Italie, puis en Europe centrale, qui débute en octobre. Bergeret de Grandcourt est comte de Nègrepelisse, et l'itinéraire du voyage, à l'aller, passe par cette localité, où la petite troupe de voyageurs y séjourne pendant quinze jours. Fragonard y dessine alors  le château, propriété de Bergeret. Le voyage prend fin en septembre 1774 après les visites successives de Vienne, Prague, Dresde, Francfort pour finir par Strasbourg. Ce voyage dans la péninsule tombe au bon moment pour Fragonard, lui permettant de se ressourcer et de stimuler son inspiration. Il dessine abondamment : paysages, scènes de genre, portraits, copies d'après les maîtres.

En 1780, le couple Fragonard donne naissance à un nouvel enfant Alexandre-Évariste (1780-1850), qui deviendra par la suite lui aussi artiste. Huit ans plus tard décède leur fille Rosalie à seulement 19 ans au château de Cassan en région parisienne. Après un séjour à Grasse (1790-1791), Fragonard devient membre de la Commune des Arts en 1793. Par la suite, il est nommé l'un des conservateurs du Musée du Louvre par l'Assemblée nationale.

En 1805, il est expulsé du Louvre par décret impérial comme de nombreux autres artistes le sont également. Il s'installe alors chez son ami Veri, au Palais Royal. Il y décède le 22 août 1806, terrassé par une congestion cérébrale et oublié de tous. Les funérailles sont célébrées à l'église Saint-Roch. Il est inhumé dans l'ancien cimetière de Montmartre, où sa tombe n'est plus visible aujourd'hui.

 

Les-amants-heureux.jpg

     Les amants heureux

*****************

La famille Fragonard comprenait de nombreux artistes :

 

* Marguerite Gérard, sa belle-sœur et élève, remarquable peintre intimiste ;

 * Marie-Anne Gérard, son épouse, miniaturiste ;

* Alexandre-Évariste Fragonard, son fils ;

* Théophile Fragonard, son petit-fils, fils d'Alexandre.

Son cousin, Honoré Fragonard, est un anatomiste célèbre dont les "écorchés"sont conservés dans le musée Fragonard à l'École Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort.

 

Source : D'après Wikipédia l'encyclopédie libre.

***************

Voir une video présentant une de ses oeuvres :

 http://www.larousse.fr/encyclopedie/video/Jean_Honor%C3%A9_Fragonard__le_Verrou/1309384

 

Haut de page