Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Sainte-Baume, la montagne enchantée

par Nadine de Trans en Provence 16 Décembre 2010, 23:00 Lieux - Villages - Villes

 

Massif-Sainte-Baume.jpg

 

Imaginez un gros dinosaure de calcaire endormi depuis la fin de l’ère secondaire entre Gémenos dans les Bouches du Rhône et La Roquebrussanne dans le Var. Etalé sur 14 km de long, haut de 1000 m, il présente une face sud en pentes douces tandis que le nord est tout en falaises. C’est dans l’une d’elle qu’une vaste grotte a donné son nom à ce massif : la Sainte-Baume. Sainte car la grotte aurait servi d’abri aux trente dernières années de Marie-Madeleine, la fidèle disciple du Christ. Son tombeau, dans la basilique de la ville de Saint-Maximin, est considéré comme le troisième plus important de la chrétienté.

 

Sainte-Baume.jpg

 

Devenu dès le Ve siècle un lieu de pèlerinage et d’inspiration, la grotte a sacralisé la montagne et a permis de conserver l’une des plus belles forêts de France, encore habitée par une faune importante. Ce haut lieu est aussi le château d’eau du sud de la Provence où prennent naissance de nombreuses sources et où se dissimule un patrimoine vernaculaire de 40 glacières, de fours à cade, de fours à chaux et d’habitats néolithiques. L’immense manteau sombre de la forêt relique de Provence, vénérée déjà au temps des Ligures, des Grecs puis des Celtes, bénéficie d’un microclimat favorable grâce à l’ombre portée par une falaise de près de 300 m de haut et à la nébulosité déployée sur la crête entre l’air chaud de l’adret et le froid de l’ubac. Le massif attirerait 800 000 personnes par an.

 

rocher-ste-baume.jpg

 

Photo de mon ami Fred. Pour lire son article Mystères de la forêt de la Sainte-Baume

http://horizons-d-aton.over-blog.fr/article-20494869.html

 

Un nombre considérable de visiteurs qui n’empêche pas le chamois, le chevreuil, le renard, la genette de fréquenter cette forêt domaniale. On y trouve plus de 200 espèces animales dont l’aigle royal, l’aigle de Bonelli, le circaète Jean-le-blanc, le grand duc, le grand corbeau, le plumier guignard, la bondée apivore. Le sentier pentu des pèlerinages, après les lacets, les escaliers et la scène du chemin de croix, mène à la grotte. Un lieu imposant, éclairé par les superbes vitraux réalisés par un compagnon du tour de France, (Marie-Madeleine est leur patronne) et par des compagnies de cierges et de lumignons. Il conserve une atmosphère mystique, avec son mur d’ex-voto, son autel, sa châsse, son second niveau et l’écho des gouttes d’eau qui s’y répercute

 

Pivaut.jpg

 

A l’est, on trouve la glacière de Fontfrège et la plus belle qui a été restaurée : celle de Pivaut  avec ses 18 m de diamètre et ses 23 m de hauteur, perdue dans les pins et les chênes séculaires. Les porteurs de glace descendaient alimenter Marseille et Toulon. De nos jours, ce sont les habitants de ces villes qui montent prendre le frais sur le massif. De sa crête, on peut  admirer la Sainte-Victoire au nord et la Méditerranée au sud. Son toit, appelé le Signal des Béguines culmine à 1148 m. Le Saint-Pilon domine la grotte. Plus bas, le vallon de Castelette recèle les sources de l’Huveaune. L’eau y a creusé une cinquantaine de superbes vasques en cascade appelées les gours pétrifiants, de couleur turquoise. Le chemin des Roys, à partir de Nans-les-pins, est jalonné d’oratoires. On y monte notamment à la suite des rois Louis IX (Saint-Louis), François 1er et Louis XIV, mais aussi à la suite de Catherine de Sienne, Vincent Ferrier, Vincent de Paul, Jean-Baptiste de la Salle, Charles de Foucauld… Après le pic de Bertagne et de col de l’Espigoulier, on descend vers le parc de Saint-Pons, vers son abbaye et le Gourd de l’Oule. Cette montagne enchantée de la Provence verte appelle toujours à y revenir car on reste fasciné par tant de beauté et par la découverte de ces lieux exceptionnels.

 

Source : D’après un article paru dans Destination Provence -

Le magazine du voyage - N°6.

 

La-Sainte-Baume-Bertagne

Pour en savoir plus :  http://saintebaume.dominicains.com/

 

Haut de page