Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le kermès et la garance

par Nadine de Trans en Provence 20 Mars 2011, 23:00 Coutumes - Folklore - Traditions

 

kermes.jpg

 

Les œufs d’un petit insecte parasite, le kermès et les racines broyées d’une plante marécageuse, la garance, furent les substances qui pendant des siècles permirent de teindre les étoffes en rouge, vermillon, écarlate, cramoisi ou rouge turc. Le vermillon et l’écarlate étaient obtenus en cueillant sur un chêne les œufs minuscules d’un insecte, le kermès. Les kermès femelles accrochés aux rameaux du chêne, se couvraient au moment de la ponte d’une sorte de carapace afin de protéger leurs œufs remplis de couleur rouge. La cueillette du kermès était comme le glanage, un droit des pauvres consacré par l’usage. Elle se faisait vers le mois de mai, par les femmes et les enfants, qui s’étaient laisser pousser les ongles pour mieux détacher les petites capsules de l’écorce. On étendait ces "graines" sur de larges toiles que l’on arrosait de vinaigre pour tuer les bêtes. On laissait sécher au soleil, puis on tamisait.

 

GARANCE.jpg 

La vente de la poudre rouge ainsi obtenue se faisait à Arles, au port de Crau. Mais un jour parvint d’Amérique la cochenille du Brésil. Cet insecte, parasite d’un cactus, était beaucoup plus riche en principe colorant. Son succès réduisit considérablement l’importance de la cueillette du kermès, sans toutefois la condamner à disparaître. L’introduction de la culture de la garance en Provence est due à l’Arménien Jean Althen, (Johannis Althonian). Capturé très jeune par une horde d’Arabes qui le vendirent comme esclave, il fut conduit en Anatolie, où pendant quatorze ans on l’employa à cultiver la garance. Il parvint à s’échapper et après bien des péripéties gagna Marseille en 1754. Exploitant les connaissances acquises pendant sa captivité, il introduisit la garance dans le midi de la France. Ainsi naquirent les garancières qui permirent de rentabiliser les terres incultes, où ne croissaient que des roseaux. Mais Jean Althen qui avait établi une grande garancière à Caumont, mourut en 1774 pauvre et ignoré de tous. Ce n’est que beaucoup plus tard alors que la culture de la garance connaissait un succès très grand en Provence - cinquante moulins tournaient jour et nuit, huit mois de l’année dans le Vaucluse - que Jean Althen obtint la reconnaissance publique.

 

Garance.jpg

 

La garance était semée en mars et récoltée en automne l’année d’après. Les racines étaient exposées au soleil pour être séchées, puis on les portait au moulin. La poudre obtenue était mise en sac et vendue. Il fallait d’abord préparer les toiles avant de procéder au garançage, c’est-à-dire à la teinture ou à l’impression sur la toile de tous les tons du brun au rouge. On blanchissait les toiles pour les débarrasser de l’huile et de l’apprêt introduits lors des opérations de filage et de tissage. Puis on les faisait tremper dans une solution de bouse de vache afin de fixer les mordants sur le coton. Les mordants étaient des sels métalliques qui permettaient par leurs réactions avec les matières colorantes de fixer la couleur sur le tissu de manière permanente. Le mordant associé aux nuances de rouge et de rose était l’acétate d’alumine et l’ouvrier l’imprimait à l’aide d’une planche de bois, plus tard d’un rouleau de cuivre. La toile était alors plongée dans un bain de racines de garance qui agissait comme un révélateur photographique et lui faisait prendre les couleurs désirées. Au sortir du bain de garance, toute la toile était rouge et il fallait la blanchir à nouveau : quatre jours étalée sur un pré, puis à nouveau plongée dans un bain de bouse de vache, puis encore quatre jours sur le pré. Elle était ensuite lavée. Seuls restaient encore visibles sur le fond blanc les motifs bruns, rouges et roses. Tout cela rend bien compte de la folie qu’était l’impression sur tissu à une époque où le temps passé, le travail, la main d’œuvre avaient un tout autre sens. La garance permettait aussi de teindre en rouge uni les tissus de coton et le plus beau des rouges était sans conteste le rouge d’Andrinople, appelé encore rouge turc, dont les Provençaux furent de grands consommateurs.

 Sources : Couleurs de Provence – Michel Biehn – Flammarion.

 

Garance-bain.jpg

Haut de page