Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nice, anglaise, italienne et russe

par Nadine de Trans en Provence 27 Février 2011, 23:00 Lieux - Villages - Villes

 

Nice-Eglise-russe

 

L’opulente métropole a su conjuguer expansion et élégance, dynamisme et douceur de vivre, si bien que des rues merveilleusement calmes alternent avec des avenues en proie à une circulation frénétique, comme dans toutes les capitales. Et Nice, ancien chef-lieu du comté portant son nom à l’époque où la maison de Savoie y exerçait son ombrageuse souveraineté de 1388 à 1860, reste une capitale. Cela se reconnaît d’ailleurs à la hauteur de ces palais, à la dimension de ses places, à la largeur de ses boulevards, à la taille de ses églises, dont une inattendue cathédrale orthodoxe russe. Financée en grande partie par la veuve d’Alexandre II, elle dresse dans ce ciel très catholique six insolites coupoles à bulbe polychrome, comme pour rappeler que de riches Pétersbourgeois venaient y passer l’hiver dès le début du XIXe siècle. Mais ce sont les Anglais qui, dès 1730, attirés par la douceur des hivers niçois, y séjournèrent et formèrent au fil des années une véritable petite communauté. Nous leur devons la promenade des Anglais.

 

Nice-Promenade-des-Anglais.jpg

 

Sur ces véritables Champs Elysées méditerranéens, l’on retrouve la désuète distinction britannique, l’éclatante lumière du midi maritime et la touche haussmannienne d’immeubles à l’architecture parisienne, que seul interrompt un alignement de palmiers. L’hôtel Négresco trône au beau milieu de cette voie royale. Ce palace hors normes, baptisé le Palace Etoile par Salvador Dali, est dans la tradition de ces établissements de prestige du début du siècle. Il doit son nom au Roumain Henri Négresco, qui en décida la construction. Muni d’une verrière à charpente métallique dessinée par Gustave Eiffel, le salon royal a été classé monument historique. La présence de nombreuses œuvres d’art dans les salons et les chambres font de ce palace un véritable musée.

 

Nice-Le-Negresco.jpg

 

Au-delà de la place Masséna, vaste quadrilatère de type turinois, une autre ville vous attend : le vieux Nice. Ici flottent dans les rues étroites des odeurs de pizza, de salaisons, de fleurs et de poisson. Petit cafés bondés, estaminets pris d’assaut, restaurants aux terrasses sur le cours Saleya : ici tout rappelle le passé italien du comté niçois et rien, ou presque, n’a changé depuis sa dévolution à la France.

                                                                                                    

 Source : Provence et Méditerranée – Mille visages de la France –

Sélection du Reader’s Digest.

 

Nice-Place-Massena.jpg

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page