Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

La catastrophe de Malpasset


Déroulement chronologique des faits


Il est 21h à Fréjus le 2 décembre 1959.
- à 21h14 : Le barrage cède.
- A 21h17 : Baisse de tension enregistrée au dispatching sud-est de l'EDF à la suite de la chute d'un pylône de tension.
- A 21h20 : La vague engloutit la ferme d'Andrietti, la maison d'André Ferro le gardien du barrage, le chantier de l'autoroute, la maison des Truyillo.
- A 21h30 : La vague atteint la maison des Infantolino, la  maison du goal Maximilien Gil. La  maison d'André Capra et de ses locataires : la famille du sergent chef Boule.
- à 21h30 : Début de l'émission de télévision "La Piste aux Étoiles ".
- A 21h35 : La vague atteint le transformateur de L' EDF et plonge Fréjus dans l'obscurité.
- A 21h40 : Le flot atteint la rue de Verdun et les Arènes de Fréjus.
- A 21h45 : L'eau envahit la gare de fréjus et le quartier de Fréjus Plage.
- A 21h49 : L'autorail Marseille-Nice est submergé . La ferme Risso est entourée par les eaux.
- A 21h50 : Le torrent arrive à la mer, inondant la base aéronavale et basculant le hangar de la Goupille .
A 22h15 : Le Toscin sonne à Fréjus. La ville est coupée du monde.
 

La vague : 60 mètres de haut, 70 km/heure.

Au premier coude que fait la vallée, elle s'aplatit sur la colline, dans un "flot" géant qui lance une éclaboussure de 100 mètres de haut. Là, elle se ramasse, puis reprend le lit de la vallée. Au deuxième coude, nouvelle éclaboussure, nouveau temps d'arrêt. 

 Il y a 20 coudes, plus ou moins aigus, jusqu'aux remblais de la voie ferrée et de la route nationale 7 qui coupent le bas de la vallée.
La vague est encore à 7 mètres de haut et avance à 30 kilomètres à l'heure.
Dans ces eaux, se trouvent des blocs de béton de 100 tonnes, des arbres et parmi tout cela 128 victimes furent dénombrées.
  Le bruit de la vague était équivalant à "10 avalanches à la fois", disent les métayers piémontais ; "100 trains lancés à 100 km/h sur des voies parallèles" disent les employés du chemin de fer ; "un raz de marée" disent les hommes de l'infanterie coloniale ; "un tremblement de terre" pour ceux qui n'ont pas de point de comparaison.



La solidarité

La marine française et la sixième flotte américaine en Méditerranée apportèrent leur aide. Les premiers marins qui sont arrivés sur place ont été ceux du GOLO , une barge de débarquement. Ce navire faisait route vers la Corse pour l'Algérie,  lorsqu'il a été dérouté dans la nuit du 2 au 3 décembre 1959.
Le GOLO est allé s'échouer sur la plage et fut transformé en hôpital de campagne .

Parmi ces marins, un témoin raconte : "Je fus étonné par la couleur de la mer , la Méditerranée n'était qu'une étendue de boue . A 2 ou 3 miles de la côte , nous avons commencé à voir des meubles flotter... Comme il n'y a plus de route entre Fréjus et Saint-Raphaël, les marins ont mis à l'eau les petites péniches de débarquement pour évacuer les survivants vers le port voisin. Je me souviens d'une vieille dame qui est montée à bord avec son chien. A peine quittions-nous la rive que le chien s'est jeté à l'eau...suivie de sa maîtresse . J'ai plongé à la suite pour la ramener à bord. Après 3 ou 4 jours d'évacuations, les hélicoptères de Villefranche-sur-mer ont commencé à venir déposer des paquets de boue, il s'agissait de morts dans leur gangue de terre. Au début nous les nettoyions de notre mieux, avec les moyens du bord. Puis, devant le nombre, nous avons dû avoir recours à la lance à incendie..."

Les Fréjusiens, grâce à leur courage et surtout à la solidarité, ont fait face à cette épreuve. La télévision avec l'émission " Cinq colonnes à la une" a bouleversé ses programmes. Elle lance l'opération : "Tous pour Fréjus". Grâce à l'émission d'Europe 1 "Vous êtes formidables" et à Radio Luxembourg, 100 millions de francs se retrouvent rassemblés. Cet élan de générosite a même rassemblé les stars. Alain Delon fait un don de 36.5000 frs, Brigitte Bardot et Robert Hossein a eux deux réunissent 1.000.000 frs.
Le total des fonds collectés a été de 91.795.017.45 F (9 milliards d'anciens francs).

Cette somme a été remise au maire André Léotard qui a commencé la distribution aux sinistrés.

500 tonnes de vivres et de vêtements sont collectés. Des dons viennent de toute l'Europe, d'Amérique et d'Afrique.
Le consul d'Espagne fait don de 50 tonnes d'oranges par exemple.
Un hangar de 65 m sur 45 m est utilisé comme magasin de distribution et sert à stocker tous ces dons.

Des lettres de soutien sont envoyées pour soutenir le moral des jeunes Fréjusiennes et Fréjusiens. Achille Zavatta le clown reçut une lettre d'une petite fille qui le remerciait de lui avoir sauvé la vie : "Cher Zavatta, vous m'avez sauvé la vie. C'est parce que maman et moi étions en train de regarder la télé que nous étions réveillées et toutes habillées. Quand l'eau est venue, nous avons pu sauter par la fenêtre."

Le 17 décembre 1959 le président de la République le général De Gaulle est allé à Fréjus, il a traversé les rues dévastées, il a vu les ruines et s'est incliné sur les tombes des victimes. Puis il s'est adressé aux survivants : "Je dois dire et vous l'avez tous sentis, l'élan de solidarité du pays tout entier en faveur des sinistrés. Cet élan a ces conséquences que vous apercevez déjà. Monsieur le Maire en a d'ailleurs parlé et pour ce qui concerne la reconstruction nous ferons le nécessaire mais avant tout, je tenais à ce que vous sachiez quels sont mes sentiments à cet égard et les sentiments du pays tout entier. Voilà ce que je voulais vous dire bien simplement."
Sur le livre d'or de la ville, il écrivit "Que Fréjus renaisse !"

 

 



Haut de page