Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'école autrefois

par Nadine de Trans en Provence 10 Septembre 2012, 22:00 Histoire - Petites histoires de la Provence

  Ecole-de-garcons-vers-1910

 Ecole de garçons de Trans vers 1910 (Collection Nadine)

Ecole-de-filles-vers-1915-1916

 Ecole de fille de Trans vers 1915 (Collection Nadine)

 

L'école joue un rôle fondamental dans la société provençale. Elle représente pour les enfants d'ouvriers et d'agriculteurs, nombreux dans les villages de Provence un moyen d'accéder à un niveau supérieur de l'échelle sociale. Leur présence dans les villages se multiplie considérablement au cours du XIXè siècle. L'origine des écoles au tout début du IVè siècle est traditionnellement attribuée en France à Charlemagne. L'époque moderne voit se développer de petites écoles destinées à donner une instruction de base aux enfants : lecture, écriture, apprentissage des chiffres. Ces petites écoles sont présentes surtout dans les villes et dans certaines régions et sont généralement réservées aux garçons. Sous Napoléon Ier, par décret du 17 mars 1808, le monopole de l'enseignement d'Etat est institué. Au cours du XIXè siècle, les gouvernements successifs s'efforcent d'améliorer l'enseignement primaire. Avec la loi Guizot de 1833, les communes de plus de 500 habitants sont tenues d'avoir une école de garçons. Guizot encourage aussi la fondation d'écoles primaires supérieures destinées à améliorer la formation générale et professionnelle des élèves issus de familles modestes et qui ne pourraient accéder aux collèges et lycées. En 1850, la loi Faloux, cherche à développe l'enseignement primaire en fixant le principe d'une école de garçons dans toutes les communes et d'une école de filles pour les villes qui en ont les moyens. Les années 1880 sont marquées par des changements fondamentaux dans le système éducatif français, mouvement essentiellement porté par Jules Ferry et son principal conseiller Ferdinand Buisson. Ces lois Ferry de la fin du XIXè siècle qui rendent l'école laïque, gratuite et obligatoire, sont l'aboutissement d'un mouvement de démocratisation de celle-ci. La loi instaure un enseignement obligatoire de 6 ans à 13 ans, les enfants pouvant toutefois quitter l'école avant cet âge s'ils ont obtenu le certificat d'études primaires. La laïcité, proclamée dès 1881 avec la suppression de l'éducation religieuse dans l'enseignement public, est renforcée par la loi Goblet de 1886, qui interdit aux religieux d'enseigner dans le public. Filles et garçons restent séparés. L'école devient alors un ascenseur social pour tous les enfants des villages de Provence qui accèdent à l'éducation. Au début du XXè siècle, les enfants vont à l'école de fin septembre jusqu'à mi-juillet et les jours de repos sont le jeudi et le dimanche. L'institution offerte par les écoles des villages est alors de moins bonne qualité qu'à la ville, d'où le désir de certaines familles aisées des campagnes de mettre leurs enfants en pensionnat dans de plus grandes communes. Dans les villages, l'enseignement est plus proche de la nature, on y étudie sur des bancs de bois et non des bureaux, on y joue à des jeux simples et il n'y a souvent pas de service de cantine pour le déjeuner. Il faut l'emporter avec soi pour les enfants qui habitent loin du village dans les fermes isolées ou dans les hameaux. Il faut aller à pied parfois sur plusieurs kilomètres pour aller à l'école. En hiver, l'instituteur ou l'institutrice fait partir les enfants éloignés plus tôt afin qu'ils soient rentrés avant la tombée de la nuit. Quand les travaux des champs l'exigent, les enfants délaissent l'école pendant quelques jours pour aider leur famille.

  Source : D'après le livre "La Provence d'antan" Editions HC.

J'ai introduit mes propres connaissances vers la fin du texte.  

Aux élèves

 

Ampus - L'histoire d'une école communale en Provence.

Laïque, gratuite et obligatoire

Auteur : Marcel Faure

Ampus.jpg Monsieur et Madame Faure, tous deux anciens instituteurs d'Ampus, m'ont offert en 2009, le livre dont j'ai mis le titre au-dessus. C'est Monsieur Faure qui l'a écrit et c'est avec plaisir que je vais vous en citer quelques passages.

  Parlons Français

  On sait quelle fut l'efficacité de l'école pour propager la langue française et achever l'unification linguistique de notre pays. Convaincus que la coexistence d'une langue régionale et de la langue française constituait un obstacle à leur mission d'alphabétisation, les instituteurs luttaient en permanence pour que la Provençal soit rejeté de l'école, aussi bien en classe que dans la cour de récréation. Quelles difficultés devaient rencontrer nos jeunes ruraux pour lesquels le Français, était une seconde langue, la première étant le Provençal local ! Des punitions étaient infligées à ceux qui écorchaient la langue de Molière : mise au piquet pendant la récréation, cent lignes à copier, chaque jour, un jeton était remis au premier élève qui employait une expression provençale. celui-ci le remettait au camarade, qui à son tour, commettait la même faute, ainsi de suite toutes la journée. l'élève qui possédait le jeton au moment de la sortie avait une punition. Cette crainte des sanctions avait un effet néfaste sur certains, qui pour ne pas prendre de riques s'enfermaient dans un mutisme total.

Les cartables

Le cartable en bois de Marie-Louise avait été fabriqué par son père, avec des planchettes fines. Pendant des décennies, les mamans confectionnèrent un sac en toile de lin ou de jute. Parfois cette musette avait deux poches : une pour les livres et cahiers, l'autre pour les repas. Les cinq enfants d'une famille mettaient leur matériel scolaire dans une grande sacoche en cuir que l'aîné portait en bandoulière. D'autres utilisaient un vieux carnier familial. Souvent, le père confectionnait un cartable avec une peau de mouton ou de chèvre. S'il avait du mal pour le coudre, il demandait l'aide du cordonnier du village. Après son apparus les cartables en cuir que nous avons utilisés pendant notre scolarité.

Les fournitures scolaires

Jusqu'au début du XXè siècle, elles étaient réduites au maximum et à la charge des parents, y compris l'encre et la craie. Les fournitures scolaires (porte-plume, plumes, crayons à papier, gommes, quelques crayons de couleur) étaient achetées chez un commerçant local ou distribuées par l'enseignant qui s'approvisionnait à la librairie Jourdan à Draguignan. Ce matériel, cédé à prix coûtant, était rangé dans des pochettes en tissu fabriquées par les mamans, dans des plumiers puis dans les trousses que nous avons connues. Après la seconde guerre mondiale, la Municipalité d'Ampus a assuré la gratuité des livres, cahiers et fournitures. Le jour de la rentrée, tout était distribué, même de grandes feuilles de papier bleu pour recouvrir les livres !

Récompense et punitions

Les récompenses ont été identiques pendant plusieurs générations. Elles valorisaient un travail de qualité. L'élève méritant gagnait des bon-points qu'il rangeait dans une petite boîte. Quand il en avait 10, il les échangeait contre une image. Les punitions étaient plus variées : le bonnet d'âne fabriqué en papier-journal, copie de plusieurs pages d'un livre, mise au piquet, dans un angle ou dans la cour, retenue le soir avec plusieurs problèmes à résoudre, coups de règles sur les doigts, corvées pour les plus grands qui passaient la

récréation à scier du bois dans le bûcher, etc.

 

Montage bloggif

 

Haut de page