Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chromolithographies, une variété de jolies images

par Nadine 15 Mars 2009, 23:00 Histoire générale



La chromolithographie est le terme choisi par le lithographe Godefroy Engelmann pour désigner son procédé d'impression lithographique en couleur fondé sur la quadrichromie et à l'origine du procédé d'impression offset qui en a découlé. Engelman avait d'abord proposé le terme de lithocol, qu'il abandonna par la suite.

Dès l'invention du procédé lithographique en 1796 par Aloys Senefelder, se pose la question de la couleur. Senefelder lui-même a imprimé des lithographies en plusieurs couleurs, en utilisant plusieurs pierres, une pour chaque couleur. D'autres essaient de mettre plusieurs couleurs sur la même pierre, cependant avec des succès variables.
Le mérite d'Engelmann sur ses nombreux concurrents est d'avoir mis au point une méthode à la fois théorique : l'emploi des trois couleurs primaires, le bleu, le jaune et le rouge, auxquelles on ajoute le noir, pour obtenir toutes les teintes et les nuances possibles (ce qui constitue toujours le principe de l'impression en couleur d'aujourd'hui autrement dit la quadrichromie), et pratique : la mise au point de presses lithographiques munies de systèmes élaborés pour obtenir un bon repérage des impressions successives. Habituellement le papier est légèrement humidifié, mais Engelmann supprime cette obligation qui occasionne des déformations et donc de mauvais repérages. Il imprime sur les quatre pierres le contour léger du dessin que l'artiste travaillera ensuite pour la couleur. Rien n'interdit du reste d'utiliser un nombre beaucoup plus grand de couleurs.



Au cours du XIXe siècle, la chromolithographie (1837) se développe et se perfectionne, touchant tous les domaines dont le commerce, avec toutes les formes de publicités, affiches, cartes commerciales, catalogues, calendriers, images à collectionner. Ce sont les "réclames" dont Aristide Boucicaut (1810-1877) comprit en 1850 l'intérêt pour séduire les enfants afin d'attirer leurs parents dans les grands magasins du Bon Marché. Des images sont distribuées gratuitement. Elles ont pour thèmes les grandes inventions, le tourisme, les jeux, etc... au rythme d'une image nouvelle par semaine. Ces petites images passionnent les écoliers qui les collectionnent dans des albums en les baptisant. Jusqu'aux années 1910, le Bon Marché va multiplier ces images en abordant des centaines de thèmes différents. Boucicaut fit des émules d'abord dans le domaine de l'alimentation notamment dans le chocolat.


Outre l'imagerie populaire, les images religieuses, morales, patriotiques, largement diffusées par le colportage, se développe l'édition de livres illustrés pour les enfants, des jeux, des images à découper et monter, les cartes géographiques pour les écoles... C'est la grande époque de ce qu'on appelle les Chromos.
Le dessin de lettres ornées, colorées, déformées, va susciter dans le domaine de la typographie une floraison de caractères en plomb fantaisie, utilisés dans la publicité et le titrage. L'impression chromolithographique sur des supports nouveaux, permet d'imprimer des emballages (boîtes de sardines), des plaques de métal. On n'hésite pas à combiner des impressions or, des gaufrages, des découpes.
Les lourdes pierres lithographiques sont remplacées par des plaques de zinc. L'américain Benjamin Day (1838-1916) invente un procédé de teintes en aplat par superposition de trames de valeurs différentes.



En passant le document sous une presse à estamper ont obtint des images couleurs découpées "Découpis" et/ou gaufrées. Puis le Chromo évolue vers les cartes d'anniversaire ou de vœux.
La grande majorité des chromos se présente sous la forme d'un rectangle de 10 à 11 cm maximum. Plus rare des chromos à systèmes ou dépliables en forme de diaporamas ont été très appréciés au début du XXème siècle. Ces formats spéciaux coûteux ont eu des tirages limités moins d'un millier d'exemplaires.


La grande époque des chromos entamée vers les années 1880, prend fin dans les années 1920. Le coup de grâce arrive dans les années 1950 avec l'avènement de nouvelles techniques d'impressions. Les chocolatiers continueront à glisser des images dans les tablettes, mais ce ne seront plus des Chromos.




Source : D'après Wikipédia l'encyclopédie libre. Texte arrangé par moi-même.

Haut de page